10 choses que vous ne saviez jamais sur la Seconde Guerre mondiale

PARTAGER:

Tout le monde apprend la Seconde Guerre mondiale grâce à leurs cours d'histoire au lycée. C’est inévitable. La tyrannie d'Hitler, l'Holocauste, l'attaque de Pearl Harbor; ces événements sont tous devenus une partie importante du programme d'études américain, et pour cause.

Cependant, combien vous n'a-t-on PAS appris sur les événements de la majeure partie de cette décennie? Après tout, vous ne pouvez pas tout apprendre d'un manuel. Il y a forcément des détails clés manquants dans votre brève formation sur le sujet.

Pour ceux qui souhaitent apprendre certains des détails les moins connus des batailles de la Seconde Guerre mondiale, continuez à lire pour plus de connaissances qui ne vous seraient probablement jamais demandées dans un test d'histoire.

1. L'armée allemande était bien inférieure en nombre à l'armée française

Des chars allemands endommagés dans le théâtre nord-africain. Wikipédia / Domaine public
Des chars allemands endommagés dans le théâtre nord-africain.

Beaucoup pensent que l'armée allemande en 1940 avait de son côté des équipements et des armes bien supérieurs, mais ce n'est pas vrai. Bien qu'il semble probable que l'armée allemande aurait eu une armée et une force aérienne très modernes et mécanisées, leurs forces étaient en fait plus nombreuses que l'armée française.

Lorsque les Allemands ont attaqué le 10 mai 1940, ils ne disposaient d'un transport mécanisé que pour 16 de leurs 135 divisions. Les autres dépendaient du style Old West des chevaux et des charrettes, et même à pied. La France, en revanche, compte 117 divisions, toutes préparées à la guerre moderne. Et ils disposaient également d'un nombre bien plus important de canons, car la France en avait bien plus de 10 700 tandis que l'Allemagne devait se contenter d'environ 7 378 armes d'artillerie. Sans oublier la plus grande collection de chars du côté français.

2. La main-d'œuvre nécessaire au Royaume-Uni est allée dans des zones de production improbables

Le célèbre Spitfire britannique. Bryan Fury75 sur fr.wikipedia, CC BY-SA 3.0
Le célèbre Spitfire britannique. Bryan Fury75

La force des forces armées britanniques était davantage concentrée sur les divisions aériennes et navales. Mais après la chute de la France, il a été rapidement déterminé que leur armée avait également besoin de plus de force.

bataille pour la colline 400

Cependant, jusqu'au printemps 1944, la plupart des forces britanniques n'étaient pas mises en place dans la RAF, l'armée, la marine ou même la marine marchande. Étonnamment, une grande partie de la main-d’œuvre britannique se trouvait au ministère de la Production aéronautique. Malgré le fait que la Grande-Bretagne n'a jamais eu plus de 750 chasseurs à la fois, le pays a construit plus de 132 500 avions, ce qui est un exploit incroyable pour un seul pays.

3. Les pertes des navires alliés ont atteint un peu plus d'un pour cent

Le porte-avions HMS Ark Royal avec un vol d'espadon au-dessus. Wikipédia / Domaine public
Le porte-avions HMS Ark Royal avec un vol d'espadon au-dessus.

Le nombre de navires naviguant pendant les années de la Seconde Guerre mondiale était stupéfiant; environ 323 090 départs ont eu lieu individuellement. De tous ces voyages, environ 4 786 ont été coulés. Environ 2 562 de ces bateaux étaient britanniques, mais il y avait également une moyenne d'environ 2 000 navires britanniques naviguant en haute mer chaque jour.

Par conséquent, les pertes de navigation alliées entre l'Atlantique Nord, l'Arctique et les eaux intérieures représentaient 1,48% de la flotte - un chiffre qui semble d'autant plus surprenant compte tenu de la quantité de pertes dans d'autres zones de la zone de guerre. Bien que les navires isolés et les dérivants des principaux convois constituaient la majorité des navires coulés, ils étaient souvent le résultat de l'inefficacité du système de convois.

4. La Grande-Bretagne n'a jamais été directement touchée par le besoin de rationnement

British Ration Queue, Londres, 1945. Wikipedia / Public Domain
British Ration Queue, Londres, 1945.

La Grande-Bretagne et la France n'ont pas commencé la guerre par un rationnement, bien que l'Allemagne l'ait fait dès le départ. Cependant, l'Allemagne a été constamment confrontée à la faim tout au long de la guerre, non seulement pour les civils mais aussi pour les forces armées. Ainsi, une fois qu'ils ont vaincu la France en juin 1940, les Allemands ont commencé à s'approvisionner en nourriture dans les territoires occupés, ce qui a entraîné un rationnement et la famine dans de nombreuses régions principales de la France.

En 1940, le rationnement britannique avait commencé, mais les citoyens britanniques ne mouraient jamais vraiment de faim, tout comme les habitants d'autres pays.

Suite à la page 2

5. Les roquettes Kamikaze étaient entre les mains des Japonais

4
Yokosuka MXY-7 Ohka. Jarek Tuszyński

Les Allemands n'étaient pas les seuls à avoir une puissance de fusée prête. Les Japonais s'accrochent à leur propre version de missiles anti-navigation à guidage humain qu'ils nomment Ohka, qui se traduit par "Cherry Blossom". Les forces armées japonaises disposaient d'une technologie moins avancée que les États-Unis ou les Britanniques, elles avaient donc ces armes kamikazes comme force de secours. Bien que ces roquettes aient réussi à éliminer quelques navires alliés, il s'agissait de petites victoires.

6. Un maréchal britannique régnait en maître sur le champ de bataille

The_Campaign_in_North_Africa_1940-1943-_Personality_E16458
Alexandre aux commandes.

Le feld-maréchal Alexander était une figure majeure de la guerre, dirigeant des troupes sur les lignes de front dans divers rangs qu'il détenait au fil du temps. Non seulement était-il un brigadier intérimaire pendant la Première Guerre mondiale, mais il commandait également la brigade Nowshera dans les années 1930, la première division en France en 1940, et même des forces en Birmanie en 1942. Après avoir pris le contrôle des forces du Moyen-Orient également, il a débarqué lui-même dans le rôle de commandant suprême des forces alliées en Méditerranée.

La carrière de cet homme est peut-être moins connue dans les cercles de l'histoire aujourd'hui, mais son service à vie ne sera jamais oublié.

 7. Les «as» des chasseurs alliés et allemands n'étaient pas égaux en termes de victimes

La Luftwaffe allemande a exigé beaucoup plus pour ses as de chasse. Les pilotes devaient effectuer de longues opérations sans espoir de pause.

À cet égard, les forces allemandes avaient beaucoup plus de chances de toucher que leurs homologues. Alors que le principal as de la Luftwaffe avait tué plus de 350 cibles, la meilleure des forces alliées combattant les as n'avait amassé que 38 victimes.

8. La Luftwaffe avait à sa disposition des avions plus robustes et largement inutilisés

Il 112 en vol
Il 112 en vol.

La principale société de production d'avions Messerschmidt avait créé son Bf109 stellaire tandis que la société rivale Heinkel avait sa propre version d'un chasseur monoplan tout en métal connu sous le nom de He112. Les deux étaient rapides, se déplaçant à des vitesses de plus de 350 mph, et leur taux de montée était superbe. Cependant, le He112 pouvait grimper à 20 000 pieds en 10 minutes et avait une portée inégalée allant jusqu'à 715 milles.

Cependant, rien de tout cela n'avait d'importance, car Heinkel était censé avoir des liens avec les Juifs. Et avec cela, le combattant Heinkel a été ignoré, malgré ses meilleures caractéristiques.

9. La célèbre veste Parsons était une question de confort

La tunique de campagne de l'armée américaine la plus connue était la veste Parsons, qui est devenue une tenue standard pour les forces américaines. Il a gagné en popularité en raison de son confort général et de sa durabilité, contrairement aux autres vêtements proposés.

être cuisinier dans la marine

La veste courte simple et raffinée était bien équipée pour gérer toutes les saisons et a fini par être appréciée pour son confort et son style.

Veste, Field, OD portée par des soldats en expédition, Seconde Guerre mondiale.
Veste, Field, OD portée par des soldats en expédition, Seconde Guerre mondiale.

10. L'Allemagne détenait le moins de soutien mécanisé

La propagande de guerre du côté allemand se vanterait constamment de sa technologie moderne, mais ils étaient, en fait, l'une des sociétés les moins automobiles de la guerre. L'Allemagne n'avait qu'un seul véhicule pour 47 personnes au début de la guerre. Cela ne se compare pas à la Grande-Bretagne de 14: 1 pour chaque véhicule à moteur, et certainement pas à la France et aux États-Unis, dont les ratios sont respectivement de 8: 1 et 4: 1.

Avec ces faits amusants sur la Seconde Guerre mondiale sous votre ceinture, vous pouvez maintenant dire à juste titre que vous êtes plus instruit que le Joe moyen avec seulement leurs connaissances de manuels scolaires sur lesquelles s'appuyer.